LA COLLECTION

La collection femme s'orne de papillons brodés et de coquillages peints, de camées ornés de scènes mythologiques et d'imprimés mosaïques, dans une galerie de modèles féminins au fort impact visuel : les tons dominants de noir, blanc, rose poudré et or baroque sont interrompus par des éclats évanescents et des touches de couleur volées aux pierres précieuses. La collection homme ressuscite les armures des cavaliers médiévaux : le clair-obscur des motifs décoratifs se fond dans des lignes casual pour une gamme de vêtements quotidiens : t-shirt, blousons, chemises et pantalons.

Les mosaïques florentines, ou « commessi », dont ce plateau au motif de fleurs et de colombes est l'expression, sont un véritable puzzle où l'image d'ensemble apparemment unitaire naît de l'association d'une multitude de fragments de pierre taillés et parfaitement assemblés. Le nom « commesso » dérive justement du latin « committere », qui signifie mettre ensemble, assembler.
Shop now
Le casque en acier réalisé par Pompeo della Cesa fait partie d'une petite armure pour homme à cheval ou à pied ayant appartenu à René Borromée. Gravé de tresses, motifs, anneaux, figures allégoriques, mors et trophées dorés qui se détachent sur le fond noirci, ce casque de style brescian remonte à la fin du XVIe siècle.
Shop now
Diane chasseresse se détache au centre d'une monture en fil d'or. Représentée au XIXe siècle par le maître-graveur Giovanni Santarelli, elle est vêtue d'une tunique arrivant au genou et en train d'extraire un trait de son carquois, sa main droite empoignant l'arc abaissé et un chien courant à ses côtés.
Shop now
Sur le fond bleu intense du lapis-lazuli, entouré d'une monture en argent doré, resplendit le profil élégant d'Apollon, portant son arc et son carquois à l'épaule et lancé dans la poursuite de Daphné, dont les bras levés se transforment en branches de laurier. Cette intaille représentant le célèbre mythe d'Apollon et de Daphné remonte au XVIIe siècle.
Shop now
Ce plateau en porphyre représentant des coquillages, des coraux et des perles est emblématique de la technique d'élaboration des pierres dures, également nommée « peinture de pierre » car ces mosaïques sophistiquées, obtenues grâce à la juxtaposition patiente de centaines de fragments de pierre, exigeaient une virtuosité technique exceptionnelle et étaient destinées à durer pour l'éternité.
Shop now
Ce petit bouclier rond remontant au XIXe siècle était l'une des armes les plus à la mode de la Renaissance. Sa structure circulaire en acier gravé, ornée d'une superbe décoration en étoile aux motifs de feuillage tressé, rayons flammés et étoiles à huit pointes, culmine en son centre dans une rosace de feuilles dorées.
Shop now
Grâce à un échantillonnage extrêmement complet comprenant plus de 600 pierres provenant du monde entier, la famille Médicis est à l'origine de la manufacture raffinée des pierres dures. Les plateaux de table en mosaïques polychromes sur base de calcédoine orientale sont des exemples extraordinaires de cette technique très ancienne, qui utilise la palette de couleur naturelle des pierres afin de créer des effets picturaux.
Shop now
Ce casque de cavalier remontant à 1570 est un témoignage précieux de l'art brescian de la gravure artistique sur fer. Cet exemple vante en effet une origine très ancienne remontant à la domination celte du Ve siècle av. J.-C. Sa valeur est en particulier liée aux motifs raffinés de feuilles de tilleul qui décorent toute sa partie frontale.
Shop now
L'armure pour homme à cheval comprend des éléments de provenance diversifiée, mais dont les styles s'accordent parfaitement. Les bandes décoratives ornées de trophées et de motifs végétaux, typiques du style lombard du XVIe siècle, sont l'élément distinctif qui unit et caractérise les différentes parties et les réunit en composant un effet d'ensemble évocateur.
Shop now
Les grands coquillages en forme de Nautilus, comme cette coupe remontant au XVIIe siècle, furent importés du Sud de la Chine vers l'Europe dès la fin du Moyen-Âge, où des ateliers spécialisés procédaient à la décoration des coquilles de nacre. Dès le XVIe siècle, grâce à des orfèvres extrêmement habiles, la mode d'enchâsser ces merveilles de la mer dans des montures en argent doré se diffusait dans les cours européennes.
PARTAGER